top of page
Search

La Fourrures


L'histoire de la fourrure au Canada


C'est au début du 16e siècle que le commerce de la fourrure à débuté. Avec l'arrivé des français en amérique du nord, les peuples autochtones ont pus développer le marché et conclut des ententes commercial avec les français. Par la suite, les colons installés en amérique ont commencé à apprendre les techniques de trappes des chasseurs autochtones et de génération en génération, les rudiments du piégeage se sont enraciné dans nos coutumes. Encore aujourd'hui, la fourrure reste un marché très actif surtout avec l'exportation dans les pays asiatique, la russie et l'italie qui remette la fourrure au goût du jour.


Plus de 800 millions de dollars pour l'économie canadienne!


Fourrure sauvage


Le piégeage se pratique dans presque tous les pays du monde. Le piégeage d’animaux à fourrure se pratique dans toutes les régions et municipalités du Canada.

Les produits de la fourrure sont exportés en Europe, en Russie, en Asie et aux États-Unis.

Plus de 25 espèces d’animaux à fourrure sauvages du Canada figurent sur une liste d’utilisation destinée au commerce, les plus courantes étant : le rat musqué, le castor, la martre et le raton laveur.


Les vêtements en fourrure du Canada les plus exportés sont ceux en castor.

Le castor, le rat musqué, le lynx ainsi que d’autres animaux à fourrure sauvages constituent une source de nourriture et de revenu pour de nombreuses familles canadiennes.

En plus d’exploiter leurs terrains de piégeage enregistrés privés ou publics, les trappeurs professionnels assurent un précieux service de contrôle de la faune aux municipalités locales et aux propriétaires fonciers privés d’un bout à l’autre du Canada. Les fourrures de loups, coyotes et renard apporte un revenu supplémentaires au familles de trappeurs.


Une économie socio-responsable.


Le tannage et la taxidermie d'aujourd'hui est en évolution et en transformation. L'utilisation de fourrure recyclées aide à épargner des animaux et produire des articles de qualité. De plus l'utilisation de fourrure naturelle, bien qu'elle viennent d'un animal, pollue 10 fois moins qu'un même article en fourrure synthétique. Cette dernière provenant d'une conception utilisant une panoplie de produit chimique, des centaines de litre d'eau rejetée aux égouts, cette production est connue pour être des plus toxique pour l'environnement.


En terminant, sachez que la fourrure synthétique a une durée de vie de 10-12 ans si entretenu adéquatement, autrement, elle s'effritera et les poils deviendront sec et terne. La fourrure naturelle, quant à elle, peut rester impeccable pour une centaine d'année, ce qui en fait un produit vivement plus écologique.


Vous pensez fourrures? Penser, Les Fourrures du Québec!


17 views0 comments
bottom of page